Combien de shampoings faire par semaine ?

Nous évoluons dans un atmosphère pollué et propre à salir nos cheveux à l’air libre, c’est-à-dire même si l’on ne s’expose pas expressément à de la poussière ou de la saleté. Il ne faut pas non plus oublier que notre cuir chevelu produit du sébum dont l’accumulation va étouffer nos cheveux sans parler de l’odeur qui va se créer si l’on ne nettoie pas régulièrement notre tête.

De ce fait, se nettoyer les cheveux relève de l’hygiène au même titre que se laver le visage, le corps, les dents… Toutefois, si se laver la tête constitue une nécessité, il faut savoir que le produit que l’on utilise généralement pour traiter nos cheveux, à savoir le shampoing n’est pas sans conséquence sur la santé de notre fibre capillaire. 

La question à se poser est alors de savoir combien de shampoings faire par semaine ? La réponse dans les développements qui suivent :

Les conséquences probables du shampoing sur nos cheveux

Avant même d’arrêter la bonne fréquence de shampoings à faire par semaine, il est important de se rendre compte des effets du shampoing sur nos cheveux.

Il faut savoir que si on ne le choisit pas de façon adaptée, un shampoing utilisé de façon régulière va à terme donner des cheveux gras ou alors cassants. Plus que la fréquence de lavage, il faut donc se préoccuper de faire le bon choix de shampoing.

Le shampoing doit évidemment être adapté à la nature des cheveux, mais plus encore, il faut éviter le plus possible les shampoings composés de certains détergents particulièrement agressifs tels que les sulfates.

Il est aussi préférable de limiter l’utilisation de shampoings composés de silicone, réputé pour étouffer la chevelure, de même que les conservateurs comme le parabène.

Enfin, il serait bénéfique de faire l’impasse sur certains parfums et colorants contenus dans certains shampoings notamment pour les personnes dotées de cuir chevelu sensible ou souffrant d’allergies.

Le bon choix de shampoing et sa fréquence d’utilisation

Les shampoings disponibles sur le marché peuvent avoir différentes utilités. Leur nature conditionne aussi la fréquence avec laquelle on peut les utiliser.

Nous avons tout d’abord les shampoings d’utilisation courante qui n’ont d’autre fonction que de laver les cheveux et qui conviennent particulièrement aux cheveux normaux qui ne demandent pas de soins en particulier.

De tels shampoings peuvent être utilisés de façon quotidienne sans grave conséquence sur les cheveux.

Ensuite viennent les shampoings dits spécifiques qui entretiennent ou traitent les cheveux selon leur nature. Il peut s’agir de shampoing hydratant ou surgraissant pour les cheveux secs, de shampoing purifiant et équilibrant pour les cheveux gras, de shampoing volumateur pour les cheveux fins…

Ces types de shampoing peuvent aussi être utilisés autant de fois que nécessaire pour autant qu’on les choisit de manière adaptée à la nature de nos cheveux.

Plus que la fréquence d’utilisation, ils impliquent que l’on se préoccupe de leur adaptabilité par rapport à l’état de notre fibre capillaire.

A ceux-là s’ajoute encore le shampoing colorant destiné à améliorer la couleur de cheveux si ce n’est leur donner des reflets esthétiques. On mettra aussi dans cette catégorie les shampoings spécifiques destinés aux cheveux colorés, permanentés, méchés… de même que les shampoings pour cuir chevelu irrité.

Ces shampoings ne doivent pas être utilisés tous les jours dans la mesure où leur composition risque d’alourdir et de surcharger nos cheveux, encore plus lorsqu’on les applique sur des cheveux surtraités ou abimés.

Ensuite, nous avons les shampoings dits traitants qui s’adressent aux cheveux souffrant d’anomalies bien définies. Il peut s’agir de shampoings pour cheveux secs, pour cheveux gras, pour le cuir chevelu souffrant de pellicules…

Ces shampoings ne doivent être utilisés que lorsque l’on souffre précisément des problèmes qu’ils sont supposés traiter. Ils servent donc de cure et non de produits nettoyants au quotidien.

Enfin, il existe aussi ce qu’on appelle les shampoings techniques qui se destinent à un usage exclusivement professionnel et que l’on utilise pour la préparation ou la protection des cheveux dans le cadre de certains traitements tels que la permanente, la coloration, le lissage…

Ces shampoings ne s’utilisent ainsi que dans le cadre de ces traitements ciblés et de préférence, avec l’assistance d’un professionnel.

Comment utiliser un shampoing régulièrement ?

La fréquence d’utilisation du shampoing suivant la nature des cheveux

Pour finir, en plus de bien respecter la fréquence adaptée pour chaque type de shampoing, il vaut mieux aussi tenir compte de la nature des cheveux.

Quelle qu’elle soit, il est de principe d’éviter de laver les cheveux tous les jours pour ne pas agresser le cuir chevelu et stimuler inutilement la production de sébum.

Les cheveux gras se lavent en principe tous les 3 ou 4 jours et ce, afin de ne pas trop stimuler les glandes sébacées. A ces occasions, l’utilisation d’un shampoing séborégulateur est conseillée.

Les cheveux normaux et les cheveux secs gagnent à être shampooinés une fois par semaine et ce, avec un shampoing doux ou nourrissant. 

Enfin, pour les besoins supérieurs à ces fréquences, mieux vaut alterner le shampoing traditionnel avec le shampoing sec.

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour voter

Laisser un commentaire